Accueil - Blog - Technique Alexander: Curatif ou éducatif?

Technique Alexander: Curatif ou éducatif?

par Laetitia   |   14/04/2017   |   Nb de lectures : 63   |   Commentaires : Pas de commentaire

En France, nous insistons sur le fait que la technique Alexander n’est pas une thérapie mais une éducation. Cette rééducation peut avoir des effets thérapeutiques dans le cas où les symptômes sont dus à une mauvaise manière d’utiliser son propre corps ( on parle d’usage). A l’image d’une voiture, le bon fonctionnement ou la détérioration de cette dernière dépendra de la façon de conduire du conducteur.

Voici la traduction d’un texte tiré du site de Andrea Beesley qui est une professeur anglaise de technique Alexander. Elle explique parfaitement  en quoi consiste la technique Alexander et insiste sur son aspect éducatif.

Même si les gens peuvent venir pour toutes sortes de raisons, douleurs dorsales, mauvaise posture, TMS, etc., mon travail en tant que professeur de Technique Alexander n’est pas de traiter ces symptômes. Il s’agit plutôt de montrer aux gens ce qu’ils se font à eux-mêmes qui est nocif et leur apprendre de quelle manière ils peuvent arrêter de le faire. Ainsi, donner au corps une chance de s’auto-réguler. Comme les élèves deviennent plus conscients de ce qu’ils font et changent la façon dont ils “s’utilisent” au cours de leurs activités quotidiennes, cela peut avoir des effets thérapeutiques (ou curatifs ndt).

Ce qui est exigé de l’élève, c’est une volonté de s’aider soi-même en apprenant à penser afin d’empêcher leurs habitudes nocives d’utilisation.

La technique Alexander n’est pas une solution rapide et le temps est essentiel.

Version originale: “Even though people may come for all sorts of reasons, back pain, poor posture, RSI etc. my job as an Alexander Teacher is not to treat these symptoms but instead to show people what they are doing to themselves which is harmful and teach them how they can prevent what they are doing so that the body has a chance to sort itself out. As people become more conscious and change the way they use themselves during their daily activities this can have therapeutic affects.

What is required from the pupil is a willingness to help themselves by learning to think so as to prevent their harmful habits of use.

The Alexander Technique is not a quick fix and time is of the essence”.

Andrea Beesley  est professeur de technique Alexander depuis 40 ans. Elle a fait sa formation en Angleterre auprès de Walter Carrington qui est lui-même un élève direct de F.M Alexander. Directrice d’école (formation de professeurs de technique Alexander) en Australie pendant 18 ans, elle vit actuellement à Paris.

Pour plus de renseignements sur Andrea et sa pratique:   http://www.andreabeesley.com

Repost:

Comments

Laisser un commentaire

Message *: