Accueil - Blog - 2018, changez de posture: pour votre corps et dans votre vie

2018, changez de posture: pour votre corps et dans votre vie

par Laetitia   |   01/01/2018   |   Nb de lectures : 187   |   Commentaires : Pas de commentaire

Encore une bonne résolution pour 2018 ?

Si nous cessions de nous infliger la liste interminable des bonnes résolutions pour se concentrer sur un seul objectif :

le « rééquilibrage de notre posture » 

Comme chaque début d’année c’est l’occasion de l’établissement d’une audacieuse liste de bonnes résolutions, souvent mises au rebut dès le mois de Janvier terminé. Cette année, pas de résolution impossible, on mise sur un objectif simple, durable et salvateur pour être mieux dans son corps mais aussi mieux dans sa tête.

Tout au long de l’année, mal de dos, maux de tête, troubles musculo-squelettiques et stress font l’objet de nombreuses plaintes car notre société nous impose un mode de vie contraignant, souvent « antinaturel » et sédentaire à outrance. Soumis à de nombreuses tensions musculaires, notre corps est en souffrance. Ces tensions musculaires se traduisent par des tensions nerveuses et c’est tout notre être qui va mal.

S’il n’est pas possible de changer la société dans laquelle nous vivons, il est peut-être possible de modifier nos réactions face à ces contraintes. La Technique Alexander® propose de travailler sur nos réactions au travers de notre posture. Car si nos réactions agissent sur notre posture, il est important de prendre conscience que notre posture agit aussi sur nos réactions, et donc sur notre vie en général.

 

 

Rendons à la posture tout son sens. Posture ou usage?

Notre posture n’est rien d’autre que l’expression physique de nos réactions et par extension, de notre vécu. Elle traduit un vécu immédiat ou récent (ce que je vis dans l’instant, ce que j’ai vécu aujourd’hui, hier, ces dernières semaines..) mais aussi un vécu plus ancien et plus ancré (notre enfance). Elle exprime à la fois la réaction à un stimulus immédiat, elle est donc changeante, mais également une série de réactions répétées qui se sont ancrées et qui correspondent à des habitudes posturales. C’est la raison pour laquelle une posture est si personnelle que l’on peut reconnaître une personne juste à sa posture, sa façon de bouger et de marcher.

On évoque souvent l’importance d’une bonne posture pour la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS) et des douleurs chroniques mais on oublie l’effet d’une posture sur l’état nerveux et mental. En effet, les habitudes posturales ancrées ne sont rien d’autre que des tensions musculaires et donc des tensions nerveuses. En changeant notre posture, nous changeons notre perception de ce qui nous entoure, en changeant notre perception des stimuli, nous changeons nos réactions.

Il est intéressant d’enrichir l’idée de posture avec la notion « d’usage ». A l’image de l’usage que l’on fait d’une voiture qui va se détériorer plus ou moins vite selon la manière dont on la conduit, de l’usage que l’on fait de son corps va dépendre son état ainsi que son fonctionnement.

« L’usage » englobe donc la posture d’une personne, sa manière de bouger et sa façon de réagir.

C’est sur cette notion « d’usage » que la technique Alexander® propose d’intervenir. Cette technique qui date du début du XXème siècle propose de restaurer l’équilibre et le fonctionnement naturel du corps. Équilibre parfait et fonctionnement optimal que nous avons tous connu au cours de notre petite enfance. En effet, si l’on observe un enfant de moins de 3 ans, on remarque que sa posture est parfaite, ses articulations sont souples, il est disponible : son usage est idéal. (un enfant de 2 ans, plie naturellement les articulations des jambes pour ramasser un objet par terre et n’est jamais avachi). Le jeune enfant n’a pas été encore « abîmé » par les contraintes ergonomiques imposées par notre mode de vie, le stress, les événements de la vie, le temps qui passe, etc.

 

 

La technique Alexander® qu’est-ce que c’est ? Comment ça marche ?

La technique Alexander® est considérée comme une rééducation du comportement postural.

Le principe fondamental de cette technique est basé sur la relation qui existe entre la tête, le cou et la colonne. Il est prouvé que chez tous les vertébrés, cet axe fondamental est un peu le « poste de contrôle » du corps. Si cette relation « tête-cou-colonne » est bonne alors non seulement l’ensemble de l’organisme fonctionne parfaitement mais aussi l’individu dans sa globalité (physique, émotionnel et mental). Il suffit d’observer un cheval au galop ou un félin bondir pour voir que c’est effectivement la tête qui guide tout le corps. Chez l’être humain, ce réflexe instinctif (qui n’est autre que le réflexe antigravité) est présent et vivant chez l’enfant alors qu’il est entravé chez l’adulte qui va finir par se tasser, s’avachir, être soumis à des tensions musculaires et nerveuses qui prendront la forme de douleur, de blessure et de stress.

A l’aide d’indications orales et d’un contact léger, le professeur aide l’élève à prendre conscience de ses tensions et de ses mauvaises habitudes. Il le guide vers un usage plus approprié de son corps et lui enseigne à mettre en pratique une technique afin de maintenir un état psychophysique/ une posture idéale quelles que soient les circonstances.

Les séances de Technique Alexander® s’articulent donc autour de 3 axes de travail principaux :

Observer : Les mauvaises habitudes posturales sont tellement ancrées que l’on en a plus conscience : nos sensations sont faussées. Nous avons l’impression d’être détendu alors que notre corps (et donc notre mental) est en tension permanente.

A partir de mouvements simples du quotidien comme se lever, s’asseoir, marcher, nous allons observer les tensions inutiles dont nous n’avons plus conscience.

Rééduquer :Une fois cette prise de conscience effectuée, il est possible de se défaire de ces mauvaises habitudes, cesser de faire ce qui est nocif et tâcher de se rapprocher le plus possible du fonctionnement naturel du jeune enfant. C’est une forme de réinitialisation.

Prévenir : Il s’agit bien d’une technique à apprendre. Appliquer des outils pour préserver cet état optimal retrouvé quelles que soient les circonstances. Apprendre à répondre à un stimulus sans entraver ce fonctionnement optimal et ainsi être dans les meilleures conditions physiques et mentales pour réagir. Car comme le souligne Catherine de Chevilly dans son livre paru récemment : « Notre vie réactionnelle est « le terrain de jeu » de la Technique Alexander […] »

Le stimulus sera simple d’abord comme se lever, s’asseoir, marcher puis la technique pourra être appliquée sur des stimuli plus complexes et plus forts (comme être assis devant un ordinateur, tenir un instrument de musique pour le musicien, ou encore tenir un club de golf pour le sportif etc)

Une trentaine de séances est nécessaire pour atteindre une complète autonomie de cette approche.

Tout l’intérêt de cette technique réside dans le fait qu’une fois apprise, elle est applicable dans l’instant, dès que nécessaire, dans les mouvements du quotidien (marcher, être devant un ordinateur, faire la cuisine, etc. autant qu’au cours de situations plus occasionnelles (parler en public, assurer une performance artistique ou sportive, gérer un conflit, etc.)

Si les séances collectives permettent de s’initier à la pratique, les séances individuelles et régulières permettront un travail de fond et l’obtention de résultats concrets et durables.

Pour qui ? Enfants, adultes, seniors, femmes enceintes, sportifs, artistes, malade de Parkinson, …

 

 

Les bénéfices de la Technique Alexander®

Ses effets sont nombreux et transversaux car la technique Alexander® agit à la fois sur nos réactions, nos mouvements et notre posture au sens large.

  • Se libérer des tensions musculaires et nerveuses
  • Gérer le stress
  • Améliorer sa posture physique
  • Prévenir des troubles musculo-squelettiques
  • Lutter contre les douleurs chroniques
  • Améliorer ses performances (sportifs, musiciens, artistes, etc.)
  • Retrouver de la mobilité et améliorer l’efficacité du mouvement (notamment pour les maladies telles que Parkinson)

 

Dernières parutions :

« La technique Alexander » de C. De Chevilly – éditions Eyrolles

« Soulager le mal de dos grâce à la technique Alexander » de R. Brennan – éditions Leducs

Repost:

Comments

Laisser un commentaire

Message *: